Les nouvelles méthodes de l’onboarding

L’onboarding, c’est quoi ?

Terme anglophone, il définit de façon globale le parcours d’un nouveau collaborateur lors de son arrivée au sein d’une entreprise. Ce processus se définit de la période où le collaborateur est informé de son embauche jusqu’à sa prise de poste totale et définitive.

 

 

L’onboarding est un processus important à prendre en compte en Ressources Humaines, notamment par son influence élevée sur la marque employeur (réputation RH) d’une entreprise. C’est en effet le parcours durant lequel le collaborateur va aborder différentes notions :

  • prise d’informations sur l’entreprise
  • 1ers liens relationnels
  • découverte de l’espace/l’environnement de travail
  • création du sentiment d’appartenance à l’entreprise
  • prise en compte des missions du poste

 

 

Un bon processus d’onboarding, c’est surtout garantir que le nouveau salarié soit conforté dans sa décision, son choix et sur l’état d’esprit au sein de l’entreprise. Cela, afin qu’il s’investisse le plus rapidement possible, et qu’il confirme son envie de rester sur du long terme. La première impression est…souvent décisive !

 

Quels sont les nouveaux méthodes de l’onboarding en 2021 ?

En conséquence de la crise sanitaire COVID-19, les entreprises ont dû réadapter leur processus d’onboarding existant. En effet, le télétravail s’étant intensifié pour beaucoup, il faut dorénavant savoir adapter ses nouvelles méthodes de fonctionnement. Et la clé d’entrée principale, c’est le digital !

 

 

Les formations hybrides, les intégrations à distance, les échanges virtuels par visioconférences, etc… ont pris du sens. Les outils numériques collaboratifs tels que Teams, Slack, ou encore le partage d’écran font désormais partie de notre quotidien au travail. ces derniers ont également transformé les modes d’intégration, et amplifié la création et mise en place d’e-learning. La formation à distance, via un ordinateur, une tablette et parfois même un téléphone, font partie des nouveaux processus d’intégration.

 

Le concept reste « en mode agile », c’est-à-dire qu’il ne s’agit pas de remplacer l’humain, mais de compléter plus facilement son quotidien par des systèmes informatiques automatisés. Il convient d’arbitrer sur la nécessité ou non d’une intervention humaine. A titre d’exemple, un accueil physique reste indispensable à réaliser dans un processus d’onboarding.

Ces nouveaux outils digitaux greffés à l’onboarding ont apporté de nombreux avantages, tant pour l’entreprise que pour les nouveaux salariés :

  • gain de temps
  • limite les risques du salarié mis trop vite de côté
  • autonomie d’apprentissage pour chaque nouveau salarié

 

Ils sont aussi certaines limites dans les processus d’intégration :

  • absence de découverte des collègues et création de liens et de moments partage
  • méconnaissances et craintes du digital
  • désinvestissement dès l’intégration

 

Ainsi, on constate que le processus d’onboarding évolue énormément avec le temps. L’arrivée des nouvelles technologies mais également l’évolution sociétale dans sa globalité induit des évolutions d’un point de vue RH.

Certaines méthodes vont être nouvelles, ou évoluées. Les entreprises doivent ainsi parfois s’adapter, tout en prenant en compte les limites de celles-ci.

X