Coopération intergénérationnelle en entreprise

Boomers, X, Y, Z… Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, plusieurs générations se sont succédées afin de catégoriser les classes d’âge. Entre stéréotypes et idées reçues, comment favoriser la coopération intergénérationnelle en entreprise ?

1. Différences de génération, fossés générationnels

Chaque génération a vécu des événements différents, expliquant ainsi les « fossés » entre certaines. Ce sont ces événements vécus qui entrainent des décalages de vision :

 

  • Les Boomers ont grandi en plein essor économique (Trente Glorieuses), dans une période où le chômage était quasi inexistant.
  • La génération X ou « génération sacrifiée » a connu un marché du travail plombé par les chocs pétroliers.
  • La génération Y ou « Millenials », qui a connu l’arrivée des ordinateurs et d’internet et ainsi découvert la culture de l’immédiateté. Cette génération a entrainé avec elle une première évolution du monde du travail
  • La génération Z ou « Zappeurs », qui a grandi avec smartphones et réseaux sociaux. Cette génération est en train de faire profondément changer le monde du travail. Très engagée, elle remet le sujet des enjeux climatiques au centre des préoccupations.

 

Pour aller plus loin sur les différentes générations.

 

 

2. Les générations face au monde du travail

L’époque à laquelle nous naissons a forcément un impact sur sa vision du monde du travail :

 

  • Les baby-Boomers savent travailler dur et reconnaissent l’effort du travail. Ils ont un esprit de compétition et veulent être appréciés pour leur expérience. Génération sortante dans le monde du travail, ce sont des collaborateurs précieux pour la transmission du savoir aux nouvelles générations.
  • La génération X met l’accent sur la carrière et veut un travail valorisant socialement. Ayant connu la baisse du plein emploi, la peur du chômage est très présente. C’est une génération loyale qui a le sens de l’autorité et de la hiérarchie. Elle peut parfois se sentir techno-exclue.
  • La génération Y, elle, ne place plus autant le travail au centre de ses priorités et applique plutôt la théorie du donnant-donnant pour avoir des phases de repos. Très mobile, cette génération n’hésite pas à changer de zone géographique, de type d’emploi et donc d’entreprise plus souvent.  Elle a une forte capacité d’adaptation.
  • La génération Z veut de la transparence, de la rapidité d’action et miser sur le collaboratif. Génération réaliste face au monde qui évolue très vite : montée du terrorisme, précarité du travail, enjeux climatiques… Elle a fait le choix de s’épanouir personnellement. Le travail n’est plus la priorité comme elle l’était pour les générations précédentes.

 

 

3. Différents mais complémentaires

Actuellement quelques Boomers ainsi que les générations X, Y et Z cohabitent dans une même entreprise. Les stratégies de management doivent donc être adaptées à chaque employé.

 

De plus, pour une bonne cohabitation il faut créer du lien entre la génération sortante et la génération entrante : Permettre à la génération Z d’accompagner et d’intégrer les techno-exclus. Favoriser l’échange de savoir des boomers et génération X vers les plus jeunes. Les plus anciens se sentiront utiles et les plus jeunes valorisés. Créer du lien basé sur les compétences de chacun pour plus de performance collective.

Le management intergénérationnel permet de réels bénéfices pour l’entreprise. Il casse les silos et favorise ainsi la cohésion et donc les échanges professionnels. Il permet de fidéliser la génération entrante et de développer le bien-être au travail. Cela permet de limiter le turn-over et donc d’améliorer la performance de l’entreprise.

 

Pour mieux travailler ensemble, il faut avant tout mieux se comprendre. Il faut tirer parti de cette richesse.

 

 

4. Bonus : Focus sur la génération Z

La Génération Z, native de la technologie est déjà sur le marché du travail. Et ceux qui n’y sont pas encore, comptent bien chambouler le monde du travail tel que nous le connaissons aujourd’hui.

 

Mais alors, comment attirer ces « Digital Natives » ?

Vous l’avez compris précédemment, la génération Z ne fait plus du travail sa priorité. Garder du temps libre pour soi, pour ses passions est devenu un réel objectif.

 

  • La recherche d’un emploi adapté à son besoin tourne donc beaucoup autour du télétravail.
  • Elle va également porter une attention toute particulière à chercher une entreprise dont l’urgence écologique est une priorité pour avoir un impact positif sur le monde grâce à son emploi. Attention cela doit faire partie d’engagements sérieux avec des actions déjà mises en place (autour de l’éthique, du développement durable…) !
  • Pour être attractive à ses yeux, soyez digitale. Cette génération est hyperconnectée ce n’est plus un scoop. Nomade et très active dans la communication numérique elle passera au crible vos réseaux sociaux et votre e-réputation.
  • Travailler votre marque employeur et mettez en avant vos atouts : ambiance de travail, vie d’équipe, flexibilité des horaires… Pourquoi ne pas viser le label « Great Place To Work » pour vous mettre en avant et les attirer ?

 

Comment fidéliser la génération Z ?

Pour recruter et garder la nouvelle génération dans son entreprise il faut faire preuve d’AGILITÉ et faire changer nos organisations de travail :

 

  • Cette génération souhaite que l’esprit travail collaboratif soit mis en avant.
  • L’ambiance de travail doit être décontractée pour permettre de créer un climat convivial.
  • L’environnement de travail doit permettre l’épanouissement, exit le bureau gris, laissez le choix d’un peu de personnalisation.
  • Développer l’innovation pour favoriser la créativité de cette nouvelle génération et faire émerger de nouvelles idées.
  • Le manager devient davantage un coach, un partenaire. Quelqu’un de disponible avec qui un lien de confiance se créé.
  • Réduisez les niveaux hiérarchiques et adoptez un management horizontal, cela permettra une meilleure circulation de l’information et aussi une meilleure coopération entre les équipes.

 

Cette génération a de nombreuses attentes, pour autant n’imaginez pas que ces « nouveaux venus » ne travailleront pas sérieusement ! En effet la mise en place d’un cadre de travail plus agile ne doit pas pour autant apporter une baisse de professionnalisme.

 

 

Naître à une certaine époque ne signifie pas qu’on soit tous les mêmes. Ces définitions de génération sont plutôt des modèles liés aux époques du monde du travail, il faut donc les prendre avec des pincettes et ne pas cataloguer vos équipes selon leurs âges. Par exemple le télétravail n’était même pas envisagé dans les années 60 alors qu’il est largement présent aujourd’hui.  Dans cette génération Z il y aura toujours une partie d’entre elle ambitieuse de faire des études pour trouver un emploi et y rester le plus longtemps possible.

Le management doit être repensé et les différences générationnelles prises en compte.

Soyez (vraiment) agiles !

X